• Suspect95 au Qatar: les camerounais lui demandent de ne pas perturber les Lions

    Auteur : Marie Claude | 2 décembre 2022 | 648 vues

Nouvelle guerre ivoiro-camerounaise sur la toile. Le rappeur ivoirien Suspect 95 vient de déposer ses valises au Qatar et les camerounais lui demandent de ne pas porter la poisse à leur équipe.

Ce 02 décembre 2022, les Lions Indomptables du Cameroun affrontent le Brésil pour leur troisième match de poule de la coupe du monde Qatar 2022. Un moment crucial qui va déterminer la suite de l’aventure de l’équipe. Et bien-sûr à chaque rencontre de football, les camerounais et les ivoiriens s’affrontent sur la toile.

Cette fois, à la veille du dernier match de poule, c’est l’artiste Suspect 95 qui encaisse les balles des camerounais. Il est arrivé au Qatar il y a quelques heures à la grande surprise des internautes. Mais cet étonnement a vite laissé la place à de la crainte, voire de la suspicion. « Suspect ne vas pas embrouiller nos Lions hein. On a un match important », « le continent camerounais ne veut pas de problème Suspect! Tu pars déjà avec la poisse des ivoiriens là à quelques heures de notre match. Pardon ne nous commence pas ». Les supporters camerounais sont complètement sur les nerfs et voient le mal à chaque coin de rue.

Suspect 95 a vite fait de répondre à cette déferlante de messages pour calmer les camerounais: « Les camerounais, vous avez quel problème avec moi? Je suis venu au Qatar en tant qu’ambassadeur Budx, tous les ambassadeurs du monde sont venus. Pourquoi vous parlez du Cameroun? Il y a le Ghana, le Sénégal qui sont qualifiés. C’est vous que je dois regarder? Bonne chance à vous contre le Brésil, moi je ne mets pas ma bouche dans votre ballon. Cette année je ne veux pas beaucoup de discours. Pardonnez! Je dois sortir mon album bientôt laissez que je me concentre dessus. » a-t-il expliqué dans une vidéo sur sa page.

Les camerounais ne peuvent pas voir en ce moment un ivoirien et le laisser tranquille. Vivement que le match Cameroun-Brésil passe…

Marie Claude

Tags :



Commentaire