• Suspect 95 raconte sa dépression après le décès de sa femme

    Auteur : Marie Claude | 22 novembre 2022 | 358 vues

C’est à coeur ouvert que le rappeur ivoirien s’est confié sur la dépression qu’il a vécu il y a quelques mois. Le décès brutal de sa femme ne l’a pas épargné des envies suicidaires.

Depuis fin 2020, Suspect 95 vit une situation délicate. Sa femme s’est écroulée à leur domicile et a rendu l’âme. Au moment des faits, il n’y a pas eu beaucoup de commentaires autour de cet événement triste. Le nouveau veuf aussi a tenu a garder la tête haute et n’a pas longtemps parlé de sa douleur. Il a enchainé concert, single, etc. Mais aujourd’hui, il ouvre son coeur pour raconter cette douleur écrasante. Envie suicidaire, silence, gouffre. Il a tout traversé et s’est tout de même relevé grâce à ses proches. Voici son poignant témoignage.

« Débuté au plus bas de l’échelle jusqu’à ce que j’expl0se tous les chiffres
Signature DefJam, double nomination MTV
Millionnaire, j’étais comme dans un rêve et puis fiou
12 Décembre 2020, je venais à peine de descendre d’une scène, Maman qui m’appelle toute paniquée, ta femme est à terre donc stop tout faut que tu viennes.
Je grille tous les feux Need For Speed, j’arrive en éclair sur les lieux.Et maintenant j’ai la scène sous les yeux
Mon sang s’est glacé quand je l’ai vu étalée, mais c’est trop tard,Ça je savais pas encore, je me suis rendu compte pendant le massage cardiaque.
Le médecin de l’ambulance qui me dit écoute : «C’est fini, on verra plus son coeur battre »
Quoi ? Je suis tombé comme dans une transe, j’ai sauté dans ma voiture pour aller m’expl0ser
Mais quand j’ai démarré j’ai percuté un poteau, c’était ma chance
Mais le début de ma descente aux en–fers, enquête policière comme dans les experts
Procès, prison, ça aurait pu être ça sans ma défense prise par ma belle mère
Femme bénie, et les jours qui suivent on l’enterre, la douleur de la perdre
Le rôle de père et de mère qui m’attendait, je t’épargne l’affaire
Le temps qui passe, petit à petit je me remets en place
Mumy m’appelle : «Allô 9.5 le syndicat est là faut qu’on reprenne le taffe »
27 Mars, c’est le come-back, le Palais de la Culture on casse, je venais d’écrire une page de l’histoire
Mais le lendemain dans ma tête je ressentais, rien, aucune joie
Pourtant c’était mon rêve d’artiste, je comprenais pas ce qui n’allait pas, je devais être au paradis
Et c’est allé de mal en pire. Les choses qui me faisaient plaisir n’avaient plus aucun goût.
La musique, les spectacles, c’est comme si je devenais fou or je faisais une dépression.
C’est le vrai nom, pour moi aussi c’était que dans les films, mais non. C’est comme si ton esprit est en train de pourrir, mais dans ton apparence tu es le même. C’est con et tu as honte de l’expliquer, on est en Afrique c’est compliqué. Les pensés suicidaires, ça aussi je suis passé par là, c’est une réalité. Beaucoup vivent ça dans le silence, et leurs proches manquent de vigilance. Quand tu n’en parles pas ça empire, c’est ce qui m’a permis de m’en sortir. La force est en toi, mais il faut qu’on te dise, il faut que quelqu’un te le fasse sentir. Il y a forcément quelque chose qui te motive. Moi c’était ma fille, la voir grandir, devenir dans quelques années cette femme accomplie dans la vie. C’est dans ça que j’ai puisé l’énergie de guérir, sans compter le soutien de mon équipe, ma famille ouais.Ce qui ne te tue pas te rend plus dur, te rend plus lourd, plus malin, plus coriace, plus fort. J’suis sorti de tout ça transformé en cyborg, et aussi j’ai retrouvé l’amour. Mais ça on va en parler après, pour le moment je pense que je vous doit un album ».

Marie Claude

Tags :



Commentaire