La Camerounaise grâce à son ouvrage titré Les Aquatiques a obtenu la distinction littéraire le weekend dernier lors du Salon international du livre et de la presse organisé en Suisse.

Un roman de 304 pages. Il a pour titre Les Aquatiques.  C’est l’histoire d’une femme, Katmé, agée d’une trentaine d’années. Elle est mariée à un homme qui n’a d’yeux que pour le pouvoir. La vie de Katmé bascule le jour où, son meilleur ami (artiste engagé), qu’elle considère comme un frère, est arrêté et emprisonné par l’Etat du Zambuena, un pays d’Afrique subsaharienne. Osvalde Lewat veut dans cet ouvrage mettre en avant une prise de conscience, œuvrant pour la liberté.
C’est ainsi que Katmé décide alors de se battre contre des forces qui la dépassent. Elle doit faire face à son époux,  le tout puissant préfet de la capitale et membre du parti au pouvoir qui entend continuer à gravir sans encombre l’échelle sociale. Pour faire  libérer son ami, elle rencontrera aussi un adversaire inattendu, elle-même. Elle qui a grandi à l’ombre des injonctions du patriarcat et de la masculinité et qui a été élevée pour être « une vraie femme ».
La lutte de Katmé vise l’émancipation dans une société africaine contemporaine, jonchée par un environnement socio-politique complexe. L’ancienne journaliste de Cameroon Tribune par sa plume a conquis le jury du Salon international du livre et de la presse qui s’est tenu du 17 au 21 mai à Genève en Suisse sous le thème, « Engagement pour un lectorat africain actif et durable ».
Ce qui lui a valu le Prix Ahmadou Kourouma, du nom du célèbre écrivain ivoirien. Cette distinction récompense chaque année l’auteur d’un ouvrage de fiction ou d’un essai consacré à l’Afrique subsaharienne.
Et cette année, c’est Les Aquatiques, publié en 2021 aux Editions Les Escales en France qui a été l’honneur. Ce, quelque mois après avoir remporté la toute première édition du Grand Prix panafricain de littérature, organisé par le président de la République Démocratique du Congo, Félix Tshisekedi en janvier dernier.
Née le 17 septembre 1979 à Garoua, Osvalde Lewat est une documentariste, réalisatrice et photographe. Elle se donne pour crenau d’encourager les jeunes à la vocation artistique. Mais également, de les rapprocher des métiers du 7ème art et celui de l’écriture.

Marie Claude


Commentaire