• Caricature du Popoli: La toile lance le mouvement « Je suis Muriel Blanche »

    Auteur : Marie Claude | 18 janvier 2021 | 1 158 vues

Le mouvement « je suis Muriel Blanche » a été crée pour défendre Muriel Blanche face aux insultes à son endroit. C’est après la « une » du journal satirique Le popoli que le mouvement a pris une grosse ampleur.

Un buzz ne se termine jamais vite. Depuis la visite du stade de Japoma avec Samuel Eto’o, le gouverneur du Littoral et Muriel Blanche, l’affaire n’est pas terminée comme ça. Le journal satirique le popoli, dans son édition du 16 janvier 2021 a titré « jongleries comiques autour de Muriel Blanche ». Le sous-entendu semble être le fait que Muriel Blanche a atterri dans cette visite officielle grâce à ses touts physiques et non son talent ou sa popularité.

Tout le weekend c’était le sujet à la « une ». De nombreuses personnes se sont insurgées contre cette image que le journal voudrait attribuer à l’actrice. Les commentaires n’ont pas manqué de condamner le journal: « sexisme », « atteinte aux droits des femmes » et bien d’autres. Et c’est là que le fameux « Je suis Muriel Blanche » a débarqué. Un bon nombre d’internaute fait bloc et pensent que Le popoli a un parti pris et voulait juste salir l’image de mumu.

« Dans l’imaginaire africain, dès qu’une femme gravit les échelons, forcément c’est qu’elle a donné un peu les fesses. Quand un homme gravit des échelons, il a bossé duurr.« . a écrit la cinéaste Françoise Ellong. Plusieurs autres ont même demandé que Popoli Nyemb a qui appartient le journal soit interpellé pour « diffamation ». Plusieurs acteurs et cinéastes ont élevé leurs voix pour s’insurger contre le mépris qu’ils ont ressenti à l’endroit de Muriel Blanche.

L’affaire a chauffé grave. En même temps, certaines personnes ont bien rit de cette histoire. Rappelant que ce n’est pas la première fois que ce journal s’en prend à une personnalité. Brenda Biya, Lady Ponce, Chantal Biya et son personnage préféré le président de la République, ont toujours fait les frais de sa satire. Le gars se moque de tout le monde et tourne tous les événements chauds en dérision.

Ce journaliste va t-il s’arrêter ? Il a plusieurs fois été fouetté dans les années 90 et même menacé de mort pour ses caricatures.

Marie Claude


Commentaire